7 janvier 2019

 

Le risque commercial a tout emporté ce trimestre, surtout la confiance d’investisseurs plus pessimistes quant à la croissance mondiale.

 

Les marchés anticipent clairement le double choc imminent d’un ralentissement économique en Chine et d’une récession aux États-Unis. En Europe, la situation politique, pourtant en amélioration, et la mollesse économique apparaissent comme secondaires dans le scénario de stress actuel.

 

 

La croissance chinoise fléchit, de façon prévisible car ne pouvant pas indéfiniment augmenter de 6 % par an. Aux Etats-Unis, ce mouvement paraît inéluctable après 9 ans de hausse continue, malgré des fondamentaux encore extrêmement sains, à l’image d’un marché du travail historiquement excellent. La catastrophe, déjà annoncée, ne semble pas imminente.

 

Reste l’incertitude d’une potentielle guerre commerciale sino-américaine. De l’issue des discussions entre les deux puissances mondiales dépendra l’évolution du scénario international.

 

La volatilité sur toutes les classes d’actifs est très forte et pourrait le rester. Une gestion dynamique de l’allocation sera plus que jamais nécessaire. A ce stade, la baisse des marchés semblant exagérée, les actions restent donc privilégiées, même si le niveau du marché obligataire permet de retrouver des rendements plus satisfaisants.

 

Consulter le site Meeschaert Gestion Privée.