25 septembre 2018

 

La physionomie des marchés n’a pas fondamentalement changé au cours de la période estivale.

 

Si les bonnes publications d’entreprises de part et d’autre de l’Atlantique sont venues temporiser les incertitudes géopolitiques, cela n’a pas suffi à inverser les flux d’investissements.

 

 

Le dollar a cristallisé la recherche d’actifs refuges mettant sous pression les indices européens et émergents. Ces soubresauts ne doivent pas faire oublier une réalité économique qui demeure favorable au niveau mondial même si des disparités apparaissent selon les zones géographiques.

 

Le point d’orgue de la volatilité pourrait être atteint au tournant du trimestre avec en ligne de mire la présentation du budget du gouvernement italien et les élections américaines de mi-mandat.

 

La levée graduelle des incertitudes politiques ouvrirait la voie à un rattrapage des actions européennes à horizon de fin d’année.

 

Consulter le site Meeschaert Asset Management.