6 avril 2018

 

Les marchés d’actions ont connu un début d’année euphorique avant d’effacer l’ensemble de leurs gains de façon brutale, mais saine.

 

Tribune blog Meeschaert de Damien Charlet, Directeur de la Gestion sous mandat, l'environnement prime-t-il sur l'événement ?

 

Principal enseignement de ce trimestre, le réveil d’une hydre endormie depuis bien longtemps : la volatilité. C’est le marché obligataire, qui comme anticipé, a donné le signal.

 

La remontée des taux longs américains traduit un changement de paradigme : le mythe de la croissance sans inflation semble avoir vécu. Cependant, les investisseurs iraient sans doute trop loin en considérant que les banques centrales durciront significativement leurs politiques monétaires dans les mois à venir. Même si l’inflation est de retour, son intensité reste modérée et devrait conduire les institutions monétaires à agir de façon prudente et graduelle dans leurs politiques de remontée de taux.

 

Dans ce cadre, les dernières statistiques économiques et publications trimestrielles des entreprises continuent de constituer des signaux positifs. La poursuite de la normalisation de la volatilité devrait représenter un atout pour la gestion active, car source potentielle de nombreuses opportunités.

 

Consulter le site Meeschaert Asset Management.