9 juillet 2020

 

Indépendamment de la volatilité actuelle, les scénarios les plus probables semblent haussiers, même si celui de la reprise en V, très rapide, est sans doute optimiste.

 

Les économies mondiales devraient rebondir violemment en 2021 sous l’influence des plans de relance et grâce à un effet très favorable de comparaison à 2020 (baisses de PIB de 5 à 10 %).

 

 

Les résultats des entreprises suivraient le même chemin. Le contexte de taux zéro et de soutien indéfectible des banques centrales devrait nourrir un flux de bonnes nouvelles et conduire à une augmentation des valorisations de marchés.

 

De plus, alors que les Européens entament potentiellement un virage décisif dans leur union financière au travers de l’émission de dettes communes, les Etats-Unis se débattent encore avec le Covid 19, ayant déconfiné sans doute trop rapidement certains états.

 

L’impact économique, qui s’annonçait moins violent qu’en Europe, pourrait s’étaler davantage dans la durée et mettre Donald Trump en difficulté… rendant ses déclarations encore plus imprévisibles. Une cohésion européenne renforcée et une situation américaine floue, couplées à des valorisations plus basses dans des marchés en retard, pourraient générer quelques mois favorables aux actifs européens.

 

Consulter le site Meeschaert Gestion Privée.