9 janvier 2020

 

Les indices terminent l’année 2019 par la plus forte hausse enregistrée depuis 2009.

 

Les investisseurs n’étaient pas nombreux à anticiper une telle performance !

 

 

Et pourtant… malgré un ralentissement souligné par tous, les fondamentaux de l’économie sont demeurés solides, comme nous l’avions exposé à maintes reprises. Derniers étages de la fusée 2019, l’élection triomphale de Boris Johnson au Royaume-Uni et l’accord commercial (a minima) annoncé entre les États-Unis et la Chine, apportent une nouvelle poussée à des Bourses qui peuvent envisager avec davantage de confort un rebond économique bridé jusqu’à présent par le manque de visibilité.

 

Malgré une année 2020 qui débute sur des bases de marchés élevées – et des prévisions de croissance des résultats des entreprises ambitieuses, à près de + 10 % -, le potentiel de bonnes nouvelles n’est pas épuisé si les économies mondiales montrent qu’elles repartent de l’avant. Une allocation actions équilibrée entre les États-Unis et l’Europe est donc conservée. Les obligations européennes, moins à risque en cas de baisse du dollar contre l’euro, sont privilégiées.

 

Consulter le site Meeschaert Gestion Privée.