12 novembre 2020

 

Nous anticipions voilà un mois qu’arrivait ce qui pouvait représenter une réelle opportunité d’entrer sur les marchés d’actions.

 

L’évolution des indices nous a donné raison et comme souvent ces dernières années, avec une violence que nous n’avions pas prévue.

 

 

Depuis notre dernière communication du 15 octobre, les indices ont perdu jusqu’au point bas de fin octobre près de 6 % en Europe et aux Etats-Unis. Ils ont depuis repris 9 % aux Etats-Unis (S&P 500) et… 16 % en Europe (Euro Stoxx 50) !

Quid des indices actions ?

Notre vue positive sur l’évolution des indices actions change-t-elle avec le très net rebond des dix derniers jours ?

 

La 1ère séquence de hausse la semaine passée, malgré une situation épidémiologique qui empire, repose sur deux éléments :

• Redoutée la semaine précédant les élections, la victoire serrée de Joe Biden, sans vague bleue (victoire démocrate à la présidentielle et contrôle total du Congrès), rassure car les investisseurs anticipent une politique de centre gauche avec une visibilité géopolitique améliorée par rapport à la présidence Trump,

• Les chiffres économiques en Asie et aux Etats-Unis sont demeurés solides.

 

La 2e séquence, très impressionnante, est survenue lundi dès l’annonce par Pfizer d’un futur vaccin efficace à 90 % et potentiellement commercialisé avant la fin de cette année. Plusieurs constats sur cette journée :

• Les indices européens ont grimpé de plus de 7 % en une séance pendant que le S&P 500 ne gagnait que 1 %.

• Les valeurs qui ont bénéficié de la hausse, surtout présentes dans les indices européens et moins dans le S&P 500, dominé par les valeurs technologiques, sont celles qui ont particulièrement souffert de la Covid : consommation discrétionnaire, banques, tourisme-loisirs, immobilier, etc. Pendant ce temps, les «  valeurs Covid », les technologiques surtout, baissaient (le Nasdaq a ainsi perdu 1 %).

• Les valeurs les plus attaquées cette année ont rebondi de 10 %, 20 % voire plus de 30 % sur la journée. Quelques exemples : BNP + 18 %, Accor + 22 %, Airbus + 19 %, Unibail + 24 %, Air France + 27 %. Dans le même temps les gagnants de l’année 2020 étaient sanctionnés : Dassault Systèmes perdait 1 %, Téléperformance – 5 %, bioMérieux – 12 %, Apple – 2, Netflix – 9 %.

L’arrivée d’un vaccin

L’arrivée anticipée d’un vaccin ne fait que renforcer, en rendant ce rebond potentiellement encore plus fort, notre scénario initial qui privilégiait un net rebond de l’activité économique au premier semestre 2021.

 

L’activité pourrait revenir proche de la normale dans beaucoup de secteurs sinistrés : le vaccin améliore la confiance des ménages, qui ont épargné plus de 100 milliards d’euros ces derniers mois en Europe. Il augmente également la visibilité des entreprises, qui pourront enfin libérer les investissements qu’elles n’ont pas effectués. Tout ceci pourrait se faire dans un contexte où les soutiens (durables) des banques centrales et gouvernements auront préservé l’essentiel des capacités de production et inondé les économies de liquidités.

 

De nombreux secteurs sont, malgré le rebond, encore très en retard en Bourse (et très loin des cours observés au début de 2020). Nous pensons donc qu’avec la perspective d’un (ou plusieurs) vaccins,  la hausse globale des indices actions se poursuivra dans les prochains mois. A court terme la hausse devrait se concentrer sur les secteurs mal aimés et ainsi permettre à l’Europe de continuer à rattraper une partie de son retard par rapport aux indices internationaux.

 

Consulter le site Meeschaert Gestion Privée.