18 mars 2019

 

Les obligations convertibles ont été largement affectées par la baisse globale des marchés en 2018.

 

La correction sur les marchés actions couplée à un écartement important des primes de risques sur les titres de qualité à haut rendement auront ainsi eu un effet très négatif sur cette classe d’actifs.

 

 

Le segment des convertibles a ainsi débuté l’année 2019 avec des caractéristiques plus défensives, présentant un rendement/risque très attractif sur les trois moteurs de performance :

 

• La sensibilité aux actions du gisement a été fortement réduite, mais la convexité, intérêt majeur de la classe d’actifs, est redevenue importante ;
• Une majorité des titres a retrouvé un rendement positif, vrai changement par rapport à début 2018. De ce fait de nombreuses convertibles sont proches de leur plancher obligataire ;

• Surtout, les valorisations sont passées en 1 an de « chères » à désormais très attractives : un vrai facteur d’appréciation à moyen terme.

 

Sous l’effet du rebond des marchés d’actions et du resserrement des primes de risque obligataires, les excès ont commencé à se corriger depuis le début de l’année. Les prochains mois devraient continuer d’être orientés favorablement, eu égard notamment à la faible valorisation des petites et moyennes capitalisations, toujours intéressante aujourd’hui. Ces titres, qui représentent près de 50 % du gisement, disposent en outre d’un rendement très favorable. A ces aspects de valorisation attractive des marchés sous-jacents pourrait s’ajouter un retour de la volatilité, positive pour la partie optionnelle de l’obligation convertible.

 

Toutes ces caractéristiques sont autant d’atouts pour les obligations convertibles dans les prochains mois.

 

Consulter le site de Meeschaert AM.