1er avril 2019

 

Le comité Pro Persona est un cercle de réflexion composé de philosophes, théologiens et d’experts de la finance, il vise à approfondir les questions éthiques qui se posent à l’activité financière et économique.

 

Sa mission ? Contribuer à une recherche fondamentale et appliquée en faveur d’une finance au service de l’économie et d’une économie au service de la personne humaine. Pour partager les fruits de ses réflexions, Pro Persona édite des Cahiers, découvrez le troisième numéro de la séquence « Finance et marché » :

 

À quoi sert la finance ?

Le rôle de la finance est d’affecter de l’argent épargné à des investissements : il s’agit de choisir et de financer ceux qui présentent le meilleur résultat pour un certain risque assumé. Il n’est en effet pas question d’éviter tout risque, car la capacité de l’autre partie à tenir son engagement ou ses promesses n’est pas toujours assurée. Les projets les plus profitables sont d’ailleurs normalement plus risqués. Refuser le risque, c’est l’immobilisme, ce qui implique souvent un risque plus important, puisqu’on cesse alors de préparer l’avenir. Le marché financier est un outil aidant ou souvent *permettant seul le choix de l’investissement, par la possibilité qu’il offre de confrontation systématique des projets, et d’arbitrage entre les différentes options. Mais le marché n’est ni un passage obligé, ni une référence obligatoire. Un rôle essentiel est également joué par des intermédiaires, banques et compagnies d’assurances.

 

A un autre niveau, les exigences éthiques conduisent à prendre en considération le tissu humain dans lequel s’insère l’opération en question. On dépasse alors le point de vue du décideur individuel, pour examiner ce que les pratiques en question signifient pour la société. De telles considérations ont pu conduire des sociétés humaines à limiter ou orienter celles-ci. Car si l’argent comme tel est moralement neutre, la perspective de l’investisseur ne l’est pas, compte tenu des responsabilités qui sont les siennes, notamment envers la communauté qui est à l’origine de cette richesse, et dans laquelle il s’inscrit.

 

Consulter la suite de ce cahier et l’ensemble des parutions Pro Persona.