4 mai 2021

 

Depuis plus de 15 ans et de manière mensuelle, une étude sectorielle ou thématique est réalisée par les équipes ISR de Meeschaert AM en collaboration avec des partenaires associatifs.

 

Vous trouverez ci-dessous les principaux éléments ressortis de l’analyse sur le secteur du textile.

 

Le marché mondial de l’industrie textile est en pleine expansion, mais pourtant souvent décrié en raison de ses impacts sociaux ou environnementaux. Le secteur représente aujourd’hui près de 60 millions d’emplois pour 131 milliards d’articles fabriqués dans le monde en 2019 (contre 74 milliards en 2005).

Impacts de la Covid-19

Le marché de l’habillement est de manière générale très sensible aux variations de la conjoncture économique. Ainsi, en 2020, le secteur a enregistré une baisse de 27 à 30 % des revenus de l’industrie mondiale de l’habillement et de la chaussure par rapport à 2019. En 2021, les spécialistes anticipent un regain de 2 à 4 % par rapport à 2019. Les ventes en ligne n’ont pas permis de compenser les pertes engendrées par la fermeture des magasins physiques.

 

La pandémie mondiale de Covid-19 a eu un impact dévastateur sur les chaînes d’approvisionnement mondiales de vêtements :

 

• Fermetures des magasins dans de nombreux pays occidentaux pendant le confinement entraînant une chute drastique de la demande

• Les marques ont rapidement commencé à annuler ou à reporter la production de vêtements, refusant dans de nombreux cas de payer pour des vêtements que leur sous-traitants avaient déjà produits

• Selon l’association bangladaise des fabricants de textile et des exportateurs, la suspension ou l’annulation de l’exportation de plus de 979 millions de pièces a engendré un coût de 3 milliards de dollars et a affecté plus de 2 millions de travailleurs du secteur • Au Vietnam, on compte entre 400 000 et 600 000 suppressions d’emplois (sur 2,8 millions).

Enjeux et tendances du secteur textile

Traçabilité de la chaîne d’approvisionnement

 

• Le drame du Rana Plaza en 2013 a révélé la complexité des chaînes d’approvisionnement du secteur.
• Depuis, un certain nombre de marques ont procédé à des audits pour remonter leurs chaînes d’approvisionnement et améliorer la traçabilité de leurs produits.
• Toutefois, si les fournisseurs de rang 1 sont identifiés, ce taux baisse sensiblement pour les rangs 2 et 3

 

Relations durables avec les sous-traitants

 

• Établir des relations durables avec les fournisseurs : les relations de long terme, les délais de paiement des fournisseurs sont des critères essentiels qui permettent d’améliorer les conditions de travail des salariés chez les fournisseurs.
• Selon le rapport Fashion Transparency Index 2020, moins d’un quart des marques de vêtements et chaussures publient une politique sur le salaire décent chez leurs fournisseurs et seulement 5 marques publient des objectifs chiffrés dans un horizon temporel et une feuille de route pour atteindre ces objectifs.

 

Impacts environnementaux

 

• L’industrie textile représente 8 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Les émissions de CO2 liées à l’industrie de la mode devraient être en hausse de 63 % entre 2015 et 2030 en Europe pour une hausse de 60 % des déchets sur la même période (source : Fashion Transaprency Index)
• 4 % de l’eau potable disponible dans le monde est utilisée pour produire nos vêtements, sans compter l’impact du lavage. Le textile est le 3ème secteur consommateur d’eau après la culture de blé et de riz. Pourtant seules 52 % des marques publient une politique sur l’utilisation de l’eau (contre 36 % des marques en 2019).
• Aujourd’hui la matière la plus produite est le polyester (39,7 millions de tonnes en 2017), mais elle soulève plusieurs problématiques dont celle de la pollution marine puisque 500 000 tonnes de microparticules de plastiques sont relâchées dans les océans chaque année. Le coton, quant à lui, est la principale culture consommatrice de pesticides au monde, avec des impacts majeurs sur les écosystèmes et consomme également d’importantes quantités d’eau douce.

 

 

Droits de l’Homme : Focus sur les camps Ouïghours

 

• Depuis plus de cinq ans, la Chine a mis en place une politique très répressive à l’égard de cette minorité musulmane. Aujourd’hui, plus d’un million de Ouïghours seraient internés dans des camps de travail forcé.
• 1 vêtement en coton sur cinq vendu dans le monde contient du coton ou du fil venu du Xinjiang, lié au travail forcé des Ouïghours
• Au-delà de l’implication des autorités chinoises, plus de 180 ONG appellent les marques de vêtements à prendre leurs responsabilités. Dans le secteur du textile, on retrouve les marques Adidas, Puma, H&M, Zara…

 

Consulter la suite du document et le site ISR du groupe.