29 juin 2021

 

Depuis plus de 15 ans et de manière mensuelle, une étude sectorielle ou thématique est réalisée par les équipes ISR de Meeschaert AM en collaboration avec des partenaires associatifs.

 

Vous trouverez ci-dessous les principaux éléments ressortis de l’analyse du mois de juin 2021 sur le secteur des services aux collectivités électricité et gaz.

 

Les services de production et de distribution d’électricité et de gaz sont essentiels pour répondre à l’Objectif de développement durable n°7 « Accès à une énergie propre et abordable ». L’impact des activités ne doit pas être pour autant sous-estimé. En effet l’intensité carbone des services est très forte : au niveau mondial l’électricité est issue à plus de 60% des énergies fossiles, de même les sujets sociaux ne sont pas des moindres dans le cadre de la transition énergétique et nécessitent d’appréhender rigoureusement les enjeux du secteur lors des analyses. La sélection d’une valeur dépendra en partie de la définition d’un plan de transition climatique et de son adéquation avec les objectifs climatiques ainsi que de la bonne gestion des activités (accessibilité, distribution continue, extension du réseau, développement des énergies renouvelable, etc.) et des employés.

 

Principaux enjeux du secteur

Décarboner la production d’électricité

Décarboner le secteur énergétique pour atteindre l’objectif 1,5°C nécessite de maintenir une croissance rapide de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables et en parallèle de réduire significativement la combustion du charbon et du gaz comme moyen de production. Concrètement, cela exige une réduction de 70 % à 92 % des émissions de carbone du secteur entre 2020 et 2035 et l’atteinte de la neutralité carbone d’ici 2040.

La transition juste

• En Europe, le secteur de l’énergie emploie 30 millions de personnes.
• Les entreprises très dépendantes aux énergies fossiles sont les plus exposées aux suppressions d’emplois. L’enjeu est de pouvoir accompagner et développer de nouvelles compétences afin de garantir l’employabilité des personnes concernées.
• Transition énergétique rime aussi avec création de valeur ; on estime que 2,5 millions d’emplois devraient être créés rien que dans les énergies renouvelables (OIT).

Les énergies renouvelables

• Dans le monde, l’électricité provient à 23 % de sources renouvelables contre 39,3 % pour le charbon et 22,9 % pour le gaz. On estime que le renouvelable devrait dépasser le charbon d’ici 2025 au niveau mondial.
• L’hydraulique (46 %) est la principale capacité de production renouvelable suivi de l’éolien (31 %) et du solaire (19 %).
• Des challenges liés aux énergies renouvelables existent : assurer la continuité de l’offre en électricité, le stockage, les installations (métaux rares, recyclage).

Le gaz naturel : une solution pour la transition énergétique ?

On constate que des entreprises poursuivent ou prennent la voie du gaz naturel comme stratégie de transition énergétique. Ces dernières années, plusieurs centrales à charbon ont été converties en centrales à gaz, l’adaptation des infrastructures étant relativement simple.

 

Le gaz naturel lors de sa combustion émet moins de CO2 que le charbon (- 45 %) ou le pétrole (- 30 %) mais l’impact du gaz naturel ne doit pas se limiter à la combustion (fuites de méthane en amont). L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a récemment publié un rapport préconisant dès à présent l’arrêt de tout nouveau projet gazier et pétrolier si l’on souhaite atteindre le scénario 1,5°C.

Accessibilité et coût

• 1,2 milliard de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité.
• Le manque d’accès à l’électricité a des retombées négatives sur : l’éducation, la santé, l’émancipation des femmes, le développement économique.
• La tendance de l’accessibilité est à la hausse mais pour répondre à l’enjeu de l’énergie durable au sens large, il faudrait multiplier les investissements annuels dans les infrastructures par trois.

 

Consulter la suite du document et le site ISR du groupe.

 

*AFG : enquête sur l’exercice des droits de vote par les sociétés de gestion en 2019