5 janvier 2018

 

L’année 2017 a été marquée par la bonne tenue des actions qui a accompagné l’accélération de la croissance mondiale.

 

Le contexte a également été favorable aux obligations qui ont bénéficié de taux toujours très bas, notamment grâce à l’intervention de la Banque Centrale Européenne, et de taux de défaut des entreprises historiquement faibles. Autant les valorisations des actions européennes paraissent raisonnables, autant aucun événement ne semble pouvoir justifier une nouvelle hausse des actions américaines, après le vote de la très attendue réforme fiscale aux États-Unis. En 2018, alors que les économies mondiales devraient rester dynamiques, l’inflation devrait devenir le sujet central. Aux États-Unis, tous les éléments sont réunis pour qu’elle fasse un retour, non anticipé par les marchés. Si ce n’est pas le cas, cela soulèvera des questions.

 

Face à ces deux éléments, le début d’année pourrait être placé sous le signe de la nervosité. La prudence nous conduit donc à réduire le risque dans les portefeuilles, sur la partie actions comme sur la partie obligataire.

 

Consulter le site Meeschaert Gestion Privée.