11 juillet 2017

 

Particulièrement active ces dernières années, pour relancer l’économie, la banque centrale européenne a tout fait pour faire baisser les taux en vigueur sur le marché obligataire, par des moyens conventionnels (baisse des taux directeurs) ou moins classiques (achat d’obligations).

 

Le marché monétaire affiche un rendement inférieur à zéro. Les taux des obligations d’Etat français sont négatifs jusqu’à 5 ans d’échéance ; ils sont inférieurs à 0,70 % à 10 ans.
Bien entendu, si l’inflation venait à repartir, ils s’avéreraient insuffisants pour préserver le pouvoir d’achat.
Paradoxalement, les opportunités sur les marchés obligataires sont nombreuses. Pour en profiter, il faut sortir des sentiers battus. Différentes stratégies, complémentaires entre elles, peuvent être mises en oeuvre.

 

Recherche de rendement

Plusieurs types de titres obligataires présentent encore des rendements attractifs. Les obligations à haut rendement (ou « high yield ») émises par des sociétés dont l’endettement est élevé en font partie. Les obligations dites hybrides dont la date d’échéance peut être prolongée par la société émettrice offrent elles aussi, en contrepartie de cette option, une sur-rémunération.
En effet, ces titres sont plus sensibles à l’évolution des marchés que des obligations classiques. Il faudra donc attacher un grand soin à leur sélection et à leur diversification.

 

Protection contre la hausse des taux

Certaines obligations peuvent (à l’inverse d’obligations classiques) bénéficier de la hausse des taux. Leurs coupons sont variables et indexés sur les taux à 10 ans. Si ces derniers se tendent, le coupon augmentera et le titre se valorisera.
Les obligations indexées sur l’inflation bénéficieront de toute hausse de l’inflation, qui se répercutera sur le remboursement nominal et les coupons.

 

Gestion à horizon

Mettre en accord son portefeuille avec son horizon de placement peut être une façon de se protéger des secousses intermédiaires des marchés financiers. Les fonds à horizon (ou « buy and hold ») constitués d’obligations de même échéance et dont le rendement moyen à terme est connu lors de la création du fonds offrent cette visibilité.

 

Marchés obligataires_Benoît Vesco_Meeschaert Asset Management

Source : Meeschaert

 

Dynamisation des placements obligataires

Les obligations convertibles comportent une sensibilité aux marchés actions. Dans un environnement économique favorable aux entreprises, bénéficier d’une partie de la performance des actions concourt à diversifier son portefeuille obligataire.
Plus que jamais, dans l’environnement actuel, sélection, flexibilité et diversification sont les éléments déterminants de la construction d’un portefeuille obligataire. Combiner ces différentes solutions peut permettre de traverser les différents cycles économiques, tout en bénéficiant de performances cohérentes au regard de ses objectifs.

 

 

Consultez le site Meeschaert Asset Management.