13 octobre 2017

 

La croissance européenne, attendue à + 2,1 % en 2017, a été révisée à la hausse ces derniers mois.

 

L’Asie et les Etats-Unis sont toujours sur des tendances solides. Les pays émergents se redressent, aidés par la faiblesse persistante du dollar. Outre les interrogations géopolitiques récurrentes, les variations du billet vert demeurent un point d’attention particulier. La baisse des marchés actions européens entre mai et septembre semble représenter une opportunité dans un contexte de valorisations redevenues raisonnables. L’exposition à ces actifs a donc été augmentée, en continuant à favoriser l’Europe, dont l’économie accélère.

 

Les taux ont également diminué, jusqu’à la confirmation par la FED qu’elle sortait du Quantitative Easing et prévoyait quatre nouvelles augmentations des taux avant fin 2018. La Banque Centrale Européenne (BCE) penche vers un ralentissement de ses achats d’actifs, mais pourrait être contrainte en cas de nouvelle appréciation de l’euro. Cependant les données macro-économiques et le besoin de sortir d’une situation de soutien prolongé devraient pousser naturellement les taux à la hausse. Nous sommes donc notamment acheteurs d’obligations à taux variables.

 

Consultez le site de Meeschaert Gestion Privée.