29 novembre 2017

 

Les produits structurés sont des produits d’investissement, dits « complexes », généralement émis sous forme de titre de créance. Cette classe d’actifs à part entière représente une alternative aux placements financiers traditionnels (actions, obligations, fonds en euros…). 

 

Les produits structurés peuvent prendre différentes formes juridiques dont les plus courantes sont l’EMTN ou le certificat. Ils peuvent être également proposés sous forme de fonds communs de placement (FCP) : on parle alors de « fonds à formule ». Ils sont le plus couramment des contrats financiers, conclus entre un émetteur et un investisseur, sur l’application, à une échéance déterminée, d’une formule de remboursement précise, appliquée à un sous-jacent. Le sous-jacent ou l’actif de référence peut être un indice, une action, un panier de valeurs, etc.

 

Quel rendement des produits structurés ?

 

La performance dépend de la réalisation d’un scénario sur l’évolution future du sous-jacent et non pas par des performances d’un gérant. En effet, conditionner le remboursement du nominal investi initialement, ainsi que le paiement des coupons éventuels, constitue le principal élément de différenciation entre un produit structuré et une obligation « classique ».

 

En échange du caractère « conditionnel » de leur performance et du risque généralement plus élevé qu’ils présentent, les produits structurés peuvent offrir un potentiel de gain supérieur à celui des obligations. La formule contractuelle de remboursement peut être plus ou moins dynamique. Certains produits structurés peuvent même être considérés comme défensifs, comme par exemple les produits à capital garanti ; d’autres, plus répandus, représentent une alternative à un placement impliquant un risque de type « actions ».

 

Des mécanismes comme une protection conditionnelle du capital à l’échéance ou encore une optimisation du point de référence sur le sous-jacent peuvent permettre l’exploitation de divers scénarios sur l’évolution future du sous-jacent, ainsi que la recherche d’un couple risque/rendement ajusté.

 

Quelques points de vigilance

 

La liquidité des produits structurés est généralement corrélée à celle de leur sous-jacent, tout comme leur performance en cours de vie et à l’échéance. Ainsi, ces placements peuvent connaître des fluctuations de cours importantes sur leur marché secondaire et une perte partielle, voire totale du capital lorsque l’évolution du sous-jacent diverge de celle espérée au lancement.

 

Par ailleurs, tout comme pour une obligation classique ou tout autre titre de créance, l’investisseur supporte le risque de défaut de l’émetteur et de son garant, qui induit un risque de perte totale du capital investi.

Consultez le site de Meeschaert Gestion Privée.